Aller au contenu

Dahlia noir rose blanche

Encore un sans-faute pour notre auteur américaine chouchou. J C Oates garde cette faculté, après tant d'années, à toujours nous surprendre.

...Quelques infos...

  • Titre original : Black Dahlia & White Rose
  • Année de publication : 2012
  • 1re édition en France: 2016
  • Traduit par Christine Auché
  • Éditeur : Philippe Rey
  • ISBN-13 : 978-2-84876-548-8
  • Nombre de pages : 384

...Selon l'éditeur...

Chez Joyce Carol Oates, les aspects les plus triviaux de la vie quotidienne peuvent tourner au cauchemar. Ces onze nouvelles dérangeantes et inventives en offrent encore une fois la preuve, disséquant les sentiments et les actes de personnages aux prises avec un univers lisse en surface, mais toujours susceptible de basculer. L’horreur n’est jamais loin : variation autour du meurtre du célèbre Dahlia noir, colocataire de la future Marilyn Monroe ; tourments d’une prof vieillissante dont le désir d’enseigner vire à la catastrophe ; angoisse d’une adolescente arrachée par la police à son cours de maths ; mésaventures d’une femme au foyer insatisfaite qui croit voir un intrus chez elle…
Comme à son habitude, Oates démontre son sens aigu de l’observation et son humour noir décapant quand elle croque les réactions désordonnées d’une mère apprenant que sa fille est victime de violences ; les tribulations d’un couple d’Américains en pleine crise de la quarantaine à Rome ; la rage rentrée d’un enfant non reconnu ; ou les efforts pitoyables d’un homme en quête de rédemption…
Une chose est sûre : les nouvelles de ce recueil procureront au lecteur rires nerveux et délicieux frissons.

...L'avis de Groucho...

Encore un sans-faute pour notre auteur américaine chouchou. J C Oates garde cette faculté, après tant d'années, à toujours nous surprendre. Comme avec la nouvelle qui commence cet ouvrage, qui est une variation, presque un exercice de style, autour du meurtre du Dahlia Noir. A cette occasion elle n'hésite pas à convoquer Norma Jeane Baker, pas encore Marylin, peut-être pour nous dire qu'il s'en ait fallu de peu que nous ne connaissions jamais la blonde glamour.
Encore donc un ouvrage d'Oates que l'on peut ouvrir les yeux fermés. Et cela peut-être un bon choix pour qui veut découvrir le talent de cet auteur sans se lancer dans un de ses gros pavés. Ou cela peut-être aussi un prélude à la lecture de Blonde, un de ces chefs-d’œuvre, peut-être son chef-d’œuvre, ouvrage consacré à Marylin.

Appréciation :      

Les derniers articles par Groucho (tout voir)

Laisser un commentaire