Aller au contenu

Corky

Avec Corky, JC Oates nous sert une des histoires dont elle a le secret. On suit le destin de ce petit garçon dont le papa vient d’être assassiné sous ses yeux, sous nos yeux.

...Quelques infos...

  • Titre original : What I Lived For
  • Année de publication : 1994
  • 1re édition en France: 1996
  • Traduit par Claude Seban
  • Éditeur : Stock
  • ISBN-13 : 978-2234045804
  • Nombre de pages : 768

...Selon l'éditeur...

Jerome Corcoran, Corky, a huit ans lorsque son père est assassiné sous ses yeux. Trente ans plus tard, Corky est l’exemple même de l’homme à qui tout sourit. Promoteur immobilier florissant, conseiller municipal à l’avenir politique prometteur, il laisse toujours de larges pourboires qui lui assurent une certaine renommée dans la ville de Union City. Bel appartement, les femmes lui tombent dans les bras. Mais il n’y en a qu’une qui compte, Thalia, la fille de son ex-femme. Elle a disparu et semble impliquée dans un scandale politico-financier des plus envahissants.
Joyce Carol Oates parvient à se glisser admirablement dans la peau d’un homme, dans ses forces et ses faiblesses et bien sûr sa libido.

...L'avis de Groucho...

Avec Corky, JC Oates nous sert une des histoires dont elle a le secret.
On suit le destin de ce petit garçon dont le papa vient d’être assassiné sous ses yeux, sous nos yeux. La scène par sa véracité est d'ailleurs assez éprouvante et nous place d'emblée en empathie avec cet enfant dont la vie vient de basculer et nous fait entrer rapidement dans le roman.

Ici, le grain de sable qui fait dérailler un destin, une des marques de fabrique de Joyce Carol Oates, prend la forme de grains de plomb. La vie de cet enfant ne sera pas celle qui était prévu. Le destin en a décidé autrement. Le pied de nez au destin est souvent une pierre angulaire autour de laquelle Oates articule ses histoires.

Le style, comme souvent chez JC Oates est limpide, sans esbroufes et sert l'histoire. Nous sommes ce petit garçon, nous partageons ses malheurs et sa réussite. Puis, Joyce Carol Oates rentre dans la peau d’un homme et l’habite comme si cette peau était aussi la sienne.

JC Oates, la reine de la chronique familiale nous sert avec Corky un roman qui nous tient en haleine jusqu'à la dernière page.

Appréciation : 

Les derniers articles par Groucho (tout voir)

Laisser un commentaire