Aller au contenu

Confession d’un gang de filles

Confessions d'un gang de filles est un très beau portrait de jeunes filles au sortir de l'adolescence. Au moment où dans la vie d'un homme ou d'une femme, où tout peut basculer, vers le meilleur, vers le pire ou plus simplement vers un quotidien quelconque.

...Quelques infos...

  • Titre original : Foxfire : Confessions of a Girl Gang
  • Année de publication : 1993
  • 1re édition en France: 1995
  • Traduit par Michèle Lévy-Bram
  • Éditeur : Stock
  • ISBN-13 : 9782234044821
  • Nombre de pages : 384

...Selon l'éditeur...

Un quartier populaire d'une petite ville ouvrière de l'État de New York dans les années 1950. Cinq lycéennes – Maddy, la narratrice, Goldie, Lana, Rita et Legs –, pour survivre et se venger des humiliations qu'elles ont subies, concluent un pacte, à la vie, à la mort : elles seront le gang Foxfire. La haine, surtout celle des hommes, va les entraîner dans une impitoyable équipée sauvage. Dans une langue crue, précise et concrète, Joyce Carol Oates dépeint la « fureur de vivre » des cinq inséparables et leurs accès de générosité envers d'autres déshérités. Comme toujours chez l'auteur de Blonde, le Mal est d'autant plus vraisemblable qu'il nous ressemble...

Confessions d'un gang de filles est un très beau portrait de jeunes filles au sortir de l'adolescence. Au moment où dans la vie d'un homme ou d'une femme, où tout peut basculer, vers le meilleur, vers le pire ou plus simplement vers un quotidien quelconque.

Dans ce roman nous suivons le cheminement chaotique d'un groupe de filles qui n'ont pas froid aux yeux. Chacune est dotée d’un caractère et l'on sent que de ces vies sortiront des destins ordinaires ou « extra-ordinaires ».

JC Oates présente cette faculté à savoir saisir dans le parcours de ces personnages le moment où le grain de sable vient gripper un destin ou lui donner un envol vers une nouvelle dimension.

Encore plus réjouissant : comment une dame de cet âge fait-elle pour écrire un roman d’une insolente jeunesse ? Comment fait-elle pour entrer et nous faire entrer en empathie avec ces personnages parfois borderline ? C’est la magie de la littérature et pour Gang de filles, Joyce Carol Oates a sorti sa plus belle baguette.

Conteuse hors pair, styliste incontestable, jamais on ne s'ennuie, jamais un cliché ne vient alourdir un propos servit par une prose simple, directe, sans effets de manches.
JC Oates serait-elle une magicienne du verbe ? Je le pense.

Note : un honnête film a été tiré de cet excellent roman.

Appréciation :     

Les derniers articles par Groucho (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *